logo
Compte
>

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CHAUFFAGE D’APPOINT

publié le 02/09/2022

Un chauffage d’appoint est un complément au chauffage central ou fixe. Il existe plusieurs motifs qui justifient l’achat d’un chauffage d’appoint. Pratique aux intersaisons, il évite d’allumer le chauffage quand la température extérieure n’est pas trop basse. Certains locataires optent pour un chauffage d’appoint, car ils ne souhaitent pas entreprendre de gros travaux dans leur logement. Ce type d’appareils peut aussi réchauffer une pièce occupée de façon irrégulière comme une salle de bain. Il existe de nombreux modèles de chauffage d’appoint. Ils peuvent toutefois être classés en trois grandes catégories : les chauffages d’appoint électriques, au gaz et au pétrole.

Les chauffages d’appoint électriques

Les chauffages d’appoint électriques sont très présents sur le marché. Ils sont faciles à mettre en place puisqu’il suffit d’une prise secteur à proximité. De plus, l’entretien d’un chauffage d’appoint électrique est minimal : il suffit de le dépoussiérer de temps en temps.

Les convecteurs électriques mobiles

Le fonctionnement des convecteurs électriques est assez simple. L’air froid entre par le bas de l’appareil, s’élève une fois chauffé puis redescend. Leur atout est leur rapidité de chauffe grâce à leurs résistances électriques. Plusieurs inconvénients doivent toutefois être notés :

Les convecteurs assèchent l’air et facilitent la circulation de la poussière ;

  • La chaleur produite est localisée et donc peu homogène ;
  • Il n’existe aucune inertie. La chaleur cesse dès l’extinction ;
  • Ces appareils sont très gourmands en électricité.

Les radiateurs bain d’huile

Ces appareils comportent un fluide caloporteur chauffe par des résistances électriques. Ce mécanisme assure un bon confort de chauffe même si la chaleur peut paraître assez lente à monter. Les radiateurs bain d’huile ont aussi une très bonne inertie : ils diffusent de la chaleur après extinction.
De plus, ce type de chauffage consomme relativement peu d’électricité.

Les radiateurs soufflants mobiles

Il s’agit de radiateurs possédant un ventilateur disposé derrière une résistance électrique. Ces radiateurs sont en mesure de réchauffer l’atmosphère de manière pratiquement instantanée. Un autre point fort est leur petite taille, ce qui les rend très faciles à déplacer. De plus, ils possèdent un limiteur thermique qui coupe le fonctionnement de l’appareil en cas de surchauffe.
Ils existent aujourd’hui des modèles soufflants en céramique. La chaleur produite par ces appareils est moins sèche et plus homogène qu’un radiateur soufflant ordinaire.
Ces chauffages ont toutefois des inconvénients : ils peuvent être bruyants et sont très gourmands en énergie.

Les sèche-serviettes

Il existe des sèche-serviettes à eau chaude, secs, avec soufflerie ou mobiles. Ces appareils sont exclusivement destinés à la salle de bain. Certains appareils comportent un corps de chauffe en aluminium dont la température monte très vite tout en produisant une chaleur homogène. Autre point fort : le temps d’utilisation d’un sèche-serviette étant limité, il s’agit d’un chauffage d’appoint peu consommateur d’énergie.

Les radiateurs rayonnants mobiles

Ces appareils comportent des plaques de résistances derrière un panneau en acier. Leur qualité de chauffe est quasi immédiate. La chaleur produite est homogène. Toutefois, il est conseillé de les tenir à plus de 60 cm des meubles. Cela en fait des radiateurs peu adaptés aux petites pièces.
Côté consommation, ces appareils sont assez énergivores.

Les radiateurs halogènes

Ces appareils utilisent une ampoule halogène en mesure de monter rapidement en température. Leur principe de fonctionnement est celui du rayonnement à infrarouge court, ce qui ne leur permet pas de chauffer une grande surface. De plus, l’appareil n’est pas économique question consommation.

Les cheminées électriques

Les cheminées électriques sont recherchées pour leur design qui se marie bien avec la décoration chic d’un séjour ou d’une chambre. Un gros avantage par rapport à une cheminée à bois : il n’y a pas de conduit d’évacuation de la fumée. L’entretien est facile, comme les autres chauffages électriques.

Les chauffages d’appoint au gaz et au pétrole

Les chauffages au gaz sont des compléments de chauffage parfois plus économiques que les chauffages électriques. Toutefois, ces appareils nécessitent un remplacement ou une recharge régulière de la bonbonne.
Question entretien, plusieurs gestes sont nécessaires :

  1. Garder les parois extérieures propres à l’aide d’un chiffon humide ;
  2. Vérifier de manière régulière que les trous d’aération et les brûleurs ne sont pas obstrués ;
  3. Faire inspecter les appareils par un spécialiste une fois par an.

Les chauffages au pétrole, quant à eux, exigent un entretien régulier (remplacement de la mèche et de l’allumeur). Les non-bricoleurs feront appel à un spécialiste, ce qui représente un coût. De plus, ces appareils peuvent émettre du monoxyde de carbone, un gaz très toxique.

Les braseros

On trouve généralement les braseros sur les chantiers, dans les garages ou les ateliers. Ils sont positionnés sur une bouteille de gaz avec un détendeur et un flexible. L’inconvénient de cette installation est son rayonnement réduit. Les braseros ne sont efficaces qu’à proximité immédiate.

Les chauffages au gaz à infrarouge

Ces appareils ont un cœur de chauffe en céramique et utilisent le principe de la convection et du rayonnement. Ils produisent une chaleur homogène et de bonne puissance. Question consommation, il faut compter une bouteille de 10 kg pour 40 heures de chauffe.

Les chauffages gaz à catalyse

De taille assez imposante avec une forte capacité de chauffe, ces appareils sont conçus pour de grands espaces. Ils fonctionnent sans flammes et ne produisent donc pas de gaz carbonique. Cette solution de chauffage est appréciée dans les lieux mal ventilés. Leur consommation est comparable à celle des chauffages à infrarouge.

Les poêles à pétrole

Ils sont en mesure de produire rapidement de la chaleur dans de grands volumes. Leur inertie est également très bonne et leur coût d’utilisation (hormis l’entretien) est relativement faible. Leur consommation peut ainsi être évaluée à 0,12 € par kWh, soit un peu moins que certains appareils électriques.
Les poêles à pétrole ont toutefois des limites :

  • Ils sont à éviter si vous avez des enfants en bas âge pour des questions de sécurité ;
  • Il faut disposer de suffisamment de place pour stocker les bidons ;
  • L’odeur produite peut être incommodante.

Pour en savoir plus :

Besoin d'aide ? Notre service client est à votre écoute.

Contactez-nous par le chat ou par téléphone au 04 65 26 03 31 du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h.
Vous pouvez aussi nous envoyer un message via notre formulaire de contact en cliquant sur le bouton ci-dessous :

Envoyez un message